Retour sur les ateliers intersectoriels

10 h 30 à 13 h 15 - Formation croisée du 10 novembre 2015 - L'utilisation des mesures de contrôle en quête de sens

En bref

L’éclatement du groupe de participants en tables d’entretien intersectorielles a donné lieu à une pluralité d’échanges et de discussions. Orientées autour de trois histoires de cas présentées sous forme de vignettes, elles ont permis de faire ressortir de nombreux constats, d’identifier de nombreux défis et enjeux reliés à l’intervention et de proposer des changements de culture et des stratégies novatrices dans les approches. Nous présentons ici quelques points qui ont émané de ces échanges.

« Ça vient me chercher, parce que vous dîtes la même chose que nous… »

- Un patient-partenaire

Effets structurants

Afin de réduire le recours aux mesures d’isolement et de contention, les changements doivent se répercuter dans l’encadrement politique et législatif. Les décideurs et administrateurs doivent témoigner et renouveler leur engagement en ce sens, les intervenants habiletés à donner cours aux orientations adaptées, et les patients et membres des familles être intégrés au processus. Les participants ont en outre rappelé l’importance de :

  • se familiariser avec le cadre juridique : droits du patient et règlements;
  • favoriser l’accès aux services, un accès limité contribuant au contraire au recours répété aux mesures de contrôle;
  • valoriser la communication entre les services et les systèmes impliqués dans le continuum de soins et de services.

Constat

Pour assurer la continuité et la cohérence des services, il faut développer, solidifier et entretenir des liens inter-services et inter-systèmes.

« Les histoires de réussite, c’est avec les individus et non les institutions. »

- Un participant

Enjeux

Les participants ont identifié de nombreux défis, notamment à l’effet que :

  • certaines équipes (CHSLD, Centres jeunesse, p.ex.) sont peu ou mal outillées pour faire face à des situations complexes;
  • le manque d’emprise (complications logistiques ou reliées à la tâche) et, parfois, le traumatisme (direct et vicariant) occasionné par des situations conflictuelles engendre de l’épuisement pour le personnel et les proches;
  • on remarque un schème cyclique entre les situations d’épuisement et l’utilisation des mesures de contrôle
  • les approches d’isolement et de contention sont fortement perçues comme punitives

« Le Québec est le seul endroit au monde où l’on pratique à la fois des mesures d’isolement et de contention dans un même contexte […] et ça horripile les gens que je rencontre partout à travers le monde. »

- Len Bowers, 15 octobre 2015, Montréal

u

Questionnement

Le danger perçu est-il en phase avec le danger réel?

Culture professionnelles, changements à proposer?

  • Constat : les approches sont très souvent collées aux protocoles. Une plus grande latitude pourrait aider dans plusieurs situations, selon plusieurs participants
  • La gestion de la situation de crise s’arrête souvent à la fin de la source. Préoccupons-nous davantage de la source du problème.
  • Valorisons la capacité d’autogestion de la personne plutôt que de recourir à une gestion externe via mesures de contrôle.
  • Attachons-nous à la difficulté d’avoir une vision collective dans une équipe de travail, s’il y en a, et efforçons-nous d’être sur la même page.
  • Les mesures, sont-elles « mesurées » ou non?
  • Cessons de pallier le manque de ressources par l’utilisation de mesures de contrôle. Il faut parfois de convaincre que la contention ne doit être employée qu’en tout dernier recours…
  • Attention à la baisse de vigilance clinique!

« Il faut miser davantage sur l’autonomisation de la personne. On a une vision trop paternaliste de l’organisation des soins et des services. »

- Un administrateur de services cliniques

« Nous baignons dans une culture basée sur la punition et le retrait des privilèges. »

- Un intervenant

Parmi les stratégies proposées

  • Valoriser l’écoute, donner le bénéfice du doute à la personne, redonner du pouvoir…
  • Utiliser des outils d’évaluation du risque, en systématiser l’usage autant que possible.
  • Identifier les services spécialisés et adaptés à la situation (diagnostics spécifiques, p.ex.).
  • Continuité de services : Développer des liens interservices et intersystèmes
  • Reconnaître ses limites (intervenants, entourage, …)
  • Proposer et essayer des alternatives avant de recourir aux mesures de contrôle (essai-erreur)
  • Ne pas répéter la même intervention lorsqu’elle accentue la crise (!)
  • Standardiser les protocoles ne doit pas signifier qu’on perde de vue les besoins individuels

Décloisonner les services

Nous devons tous chercher à mieux comprendre le rôle des autres intervenants et à nous imbiber de la culture des autres institutions, des autres systèmes et des autres acteurs pour assurer collectivement, et en partenariat, un suivi adéquat de la personne.

Vous avez des questions, des commentaires?

Écrivez-nous!